BIKEWORLD - VC TUCQUEGNIEUX : site officiel du club de cyclisme de TUCQUEGNIEUX - clubeo

Zoom 5 sur... Damien MONTINET

4 février 2018 - 18:50

ZOOM 5 SUR... DAMIEN MONTINET

Après un arrêt brutal de la compétition en 2015 à 4 jours de la première manche de Coupe de France DN3 à laquelle il devait participer, Damien MONTINET est de retour avec de nouveaux projets.
Zoom sur notre coureur bettainvillois qui est désormais domicilié à Nancy.

Comment as-tu commencé le vélo ?
« Grâce à mon père qui était lui-même coureur auparavant. Nous devions faire le Canal du Midi à vélo en famille et avec des amis. Ainsi, nous nous sommes entraînés plusieurs fois. J'étais épuisé lors des premières sorties. Cependant, je me suis révélé dans un col à Bussang et c'est là que tout a commencé. »

Comment s'est réalisé le projet de fusion et comment le perçois-tu ?
« J'ai repris le vélo cet été. Cela me manquait et j'avais décidé de reprendre la condition. Je me suis dit que la compétition était ce qui me stimulait mais je ne voulais plus me contraindre comme par le passé. Ainsi, je tenais à représenter Didier LAUER et son magasin, Bikeworld.lu, car il m'a toujours épaulé et suivi de près. Je voulais trouver un moyen de pouvoir accrocher mes dossards au sein d'un club neutre ou sans licence avec, au départ, Thibaut (DI FABIO) et Julien (CESCON), mais la manœuvre semblait complexe.
Finalement, la solution était de déclarer et démarrer notre club. De son côté, le VC Tucquegnieux vivait des heures bien plus sombres que certaines qu'il avait pu connaître. Après un bref contact avec Kévin BOMBARDIER, rapidement séduit par une idée de fusion, nous avons mis tout ceci en œuvre grâce à l'expérience et à la direction de Roland BOMBARDIER. Je ne pensais pas que ce projet prendrait une telle tournure et susciterait autant d'attentions. »

Comment arrives-tu à concilier vie professionnelle et cyclisme ?
« Mes journées sont chronométrées. Tout le temps. Je suis sans arrêt en train de programmer ce que je dois faire et à anticiper la suite des évènements.
Mon poste d'infirmier en chirurgie vasculaire est stressant et épuisant, tant physiquement que psychologiquement, et je le ressens sur le vélo. D'autant plus que je ne me contente pas de rouler étant donné que je gère également la communication et les finances de l'équipe.
A côté de cela s'ajoute ma vie familiale et personnelle. Je remercie Clémence qui supporte mon hyperactivité... Que ce soit dans le sport ou les études. Elle sait également que je vais réintégrer la faculté de médecine prochainement et a déjà pu s'apercevoir des sacrifices que je suis prêt à faire pour réussir. En effet, j'ai débuté en janvier 2017 une étude clinique sur le remplacement valvulaire aortique sous la direction du Pr Pablo MAUREIRA, chef de service en chirurgie cardiaque. Elle n'est pas encore publiée et une nouvelle charge de travail risque de se surajouter pour effectuer un suivi à un an. Durant tous ces mois, j'allais également pratiquer à l'Ecole de Chirurgie avec le Dr Daniel GRANDMOUGIN. Je passais entre 45 et 75 heures par semaine à l'hôpital. »

Tes objectifs pour la saison à venir ? Et ceux de l'équipe ?
« Comme vous l'avez sans doute constaté, courir sera déjà un gros challenge pour moi avec mes horaires changeants et des week-end au travail. Cependant, j'espère pouvoir lever les bras le plus tôt possible en 2018. En théorie, mon appel à mon refus de rétrogradation en pass a été entendu et je devrais donc me retrouver dans cette catégorie sous condition de montée à la première victoire. C'est ce que j'ai proposé au comité Grand Est.
J'espère donc monter rapidement et être performant pour l'équipe, nos dirigeants et nos sponsors. D'autant plus que je suis bien conscient que ma reprise n'est probablement qu'éphémère. »

Quelles sont, selon toi, les pièces maîtresses de l'équipe ?
« Honnêtement, je trouve l'équipe assez polyvalente et homogène. Nous avons de belles cartes à jouer. Cependant, Kévin BOMBARDIER et Sébastien LEGAND semblent se définir comme les principaux leaders de l'équipe, bien appuyés par un solide Michel FELTIN. Il faudra également compter sur Laurent PIERART qui a des capacités et un potentiel dont il ne prend pas pleinement conscience. Nous avons également un homme d'une grande expérience en la personne de Jean-Luc WIESENER. Julien (CESCON) et Thibaut (DI FABIO), en fonction de sa motivation, seront aussi des atouts pour nous. Il faudra également suivre Thomas FEIREISEN qui fait son passage chez les juniors, un passage loin d'être évident, mais qui est bien encadré et qui dispose de qualités certaines.
Bien que j'avance au jour le jour, il serait hypocrite de dire que je n'espère pas être l'une des figures de notre formation. Je tiens cependant à insister sur l'importance du collectif. »

Ton plus beau souvenir sur le vélo ?
« Sans doute à Landrecourt en 2012, une épreuve qui était à l'époque ouverte aux premières catégories, que je remporte devant des costauds. Mais il y en a bien d'autres... Je retiens tous les moments passés avec mon père. C'est un plaisir que de partager la même passion et que de se consacrer du temps l'un à l'autre. Surtout quand on en manque. »

Si tu devais parler de Bikeworld - VC Tucquegnieux à quelqu'un qui ne connait pas du tout l'équipe, que dirais-tu ?
« Plus qu'une équipe, c'est une famille qui se construit. Je suis fier d'avoir pu en être l'un des initiateurs. Visiblement, on ne manque pas de faire parler et j'espère que cela sera encore le cas de part nos résultats dans les mois à venir. »

Commentaires